Sur le pont on n’y danse pas

Le pont George-V est un des gros points noirs du réseau cyclable d’Orléans Métropole. Et cela fait longtemps que les décideurs ne décident rien (problème déjà évoqué sur ce blog). Tout repose donc sur la bonne volonté des automobilistes de prendre en compte la présence des cyclistes et de respecter leur espace vital. Un panneau discret à chaque entrée du pont rappelle l’automobiliste à son obligation de laisser au moins un mètre entre sa caisse et le cycliste qu’il entend doubler (article R414-4 du code de la route). Lire la suite

En plein dans la plaque

Boulevard Guy-Marie Riobé, en face de la déviation mise en place sur le trottoir, la bande cyclable a été rétrécie comme vous le savez déjà. Ce qui n’a pas changé en revanche, c’est la qualité du cheminement. Jeanne vous propose de compter en tressautant – ou de tressauter en comptant – le long de cette courte bande cyclable. Lire la suite

Rue Moine, rue des Ateliers et pour quelques trottoirs de plus

Après une « courte histoire de priorité » qui traitait de l’intersection entre le double-sens cyclable (DSC) de la rue de la Bretonnerie et la rue d’Escures, Jeanne vous propose d’emprunter le DSC de la rue Moine qui se prolonge rue des Ateliers pour déboucher boulevard Lamartine (le long du grand cimetière d’Orléans). Lire la suite

Une courte histoire de priorité

Notre bonne ville d’Orléans n’a pas été la dernière à mettre en place des double-sens cyclables (DSC) plus couramment appelés « contre-sens cyclable » (si vous souhaitez approfondir le sujet, la Direction Territoriale Sud-Ouest (DTerSO) du Cerema propose un très bon diaporama). Et depuis 2010, c’est la règle dans toutes les rues en zone 30. On peut cependant déceler ici et là des approximations dans leur mise en oeuvre. Jeanne a connaissance de deux DSC que les services de la voirie ont choisi d’arrêter avant la prochaine intersection. Lire la suite

Traquenard sur le boulevard

C’est JP qui m’avait alerté mi-décembre via un billet de son blog. La Rép annonçait que le boulevard Guy-Marie Riobé, équipé dans les deux sens de circulation de bandes cyclables, allait connaître le type d’aménagement qu’on aimerait voir disparaître dans la métropole : le (dé)tour de trottoir. Et tout ça pour permettre aux supporters de se garer les soirs de matchs au palais des sports sans trop embêter les riverains. Lire la suite